Extrait Apparences

Un peu plus tard dans la soirée, alors qu’il quittait le fumoir, un verre de brandy à la main, il proposa à ses amis de rejoindre un des salons où les tables de jeu étaient montées pour une partie de poker.

– Ho, je ne suis pas certain Connor, fit Andrew avec une grimace, les deux dernières fois vous m’avez pris des sommes astronomiques !

– Soyez un meilleur menteur… et vous connaissez le proverbe : heureux aux jeux, malheureux en amour.

– Mouais, mais d’après ce que l’on raconte sur vous, intervint Bryan avec un sourire moqueur, vos amours m’ont l’air de tout sauf de malheureux.

– Hum…

– Non de toute façon, je n’ai pas envie de jouer, souffla Andrew, je préfère retourner un peu dans la salle de réception. Je vais faire danser quelques demoiselles en extase devant ma fortune puis j’irai me coucher, je suis las.

– Voilà qui est bien parlé ! Rit toujours aussi discrètement Bryan.

Puis il aperçut quelqu’un plus loin dans le couloir et s’excusa prestement auprès de ses amis.

– Je reviens ! Crut-il bon de préciser.

Connor soupira mais retint son souffle lorsqu’il vit la personne avec laquelle s’entretenait son ami. Une jeune fille venait de sortir de la salle de bal. Elle portait une robe magnifique dans les couleurs dorées et crème qui s’accordaient parfaitement à la teinte nacrée de sa peau. Elle n’était pas vraiment blanche comme celles de toutes ces femmes de la haute société qui se privaient de soleil, mais elle n’était pas dorée par le soleil non plus. Il avait connu et vu beaucoup de femmes mais jamais il ne lui avait été donné de voir un grain de peau tel que celui-ci. Il ne la voyait que de profil, pourtant, il la trouva déjà belle. Ses cheveux bruns, presque noirs, étaient savamment relevés en un chignon et torsades complexes qu’il ne comprenait qu’à moitié. Sa robe ne laissait rien voir de sa gorge et montait jusque son cou où un collier en or blanc et diamant venait fermer cet accès à son corps comme un gage de sa pureté. Elle souriait poliment en discutant avec Bryan alors qu’elle remettait en même temps ses gants. Son cou gracile, sa silhouette fine et élancée laissait tout de même deviner qu’elle avait des formes généreuses là où il le fallait. Pourtant, il était certain que ses mains auraient pu faire le tour de sa taille. Elle était belle. Même de loin cela le heurta de plein fouet. Tout comme l’évidence le frappa qu’elle était le genre de femme qu’il ne supportait pas : une jeune fille parfaite et conventionnelle. Sans doute même était-elle à l’image de ce qu’avait été sa mère jadis, un symbole de douceur et de sobriété.

– Qui est-ce ? Demanda-t-il à son cousin sans pouvoir détacher son regard de la belle

inconnue qui l’agaçait et le fascinait simultanément.

– Vous rendez-vous compte que je connais mieux les gens de cette ville que vous ? Fit mine

de s’offusquer Andrew.

Connor haussa les épaules.

– Sans doute.

Ils se tournèrent de nouveau vers la jeune fille et Bryan qui semblaient terminer leur conversation.
– Il s’agit d’Elena Howard.

Leave a Comment.